Etape du tour de France 2012.

Vendredi 6 juillet

C'est le départ, Daniel, Hervé et Patrick en voiture le reste de la troupe   en minibus sous les encouragements chaleureux de notre président.

Après un voyage sans histoire, tout le monde se retrouve le soir à Chambéry   autour d'une platrée de pates préparatoire à l'évènement (avec toutefois Alain   qui nous fait preuve d'un bel optimisme avec une dame blanche pour conclure   l'opération)

Samedi 7 juillet

Les choses sérieuses commencent à 9 heure par un 'déverminage' du matériel   et des hommes dans les rues du vieux Chambéry, 10 km de bon augure, tous le   monde se sent en forme et prêt à en découdre au plus vite.

Le transfert à Albertville pour les vérifications administratives   s'effectue dans la bonne humeur, tout les participants sont acceptés au départ   de l'épreuve.

Les flaneries dans le village de départ sont l'occasion de quelques réglage   et achat de dernière minute (réglage velo par Mavic pour Jean Christophe,   biere locale pour Ludovic....)

Midi, encore un repas de pates sur la route de la Toussuire, la   concentration reste élevée malgrès quelques bieres qui s'égarent sur les   tables.

L'après midi est consacrée à l'organisation du retour depuis   la Toussuire, avec le dépot des véhicules, il est aussi l'occasion de   visualiser les 17 derniers kilomètres de l'épreuve et de faire palir   quelque peu les participants et nos deux   accompagnatrices  , Annette et Isabelle (ça à l'air raide  !)

De retour à Chambéry, nous effectuons les derniers préparatifs avec achat   de victuailles pour l'ultime petit déjeuné, et

un agréable diner d'ou sont bannis tout excès. L'ensemble de   l'équipe retourne à l'hôtel pour régler les réveils à 4h30.

Dimanche 8 juillet

4h30, Patrick veille sur l'équipe et sonne le réveil, tout le monde est   prêt à l'heure, les yeux sont petit, le sommeil a été léger avec la hantise   pour tous de cette dernière côte aperçu la veille.

L'heure approche, chacun gagne son aire de départ, Daniel, Hervé, Jean   Christophe et Patrick dans le n°3 Patrice dans le n°4, Alain et ludovic, les   novices de l'épreuve dans le 12.

A 7h00 c'est parti pour les premiers, puis pour nous sous les   encouragements de nos vaillantes accompagnatrices. A partir de cet instant la   compétition prend tout ses droits et nécessite d'individualiser le   récit.

Patrice

Le plus malchanceux, après une prometteuse ascencion de la Madeleine pleine   de promesse pour la suite, la perte d'un patin de frein arrière dans la   descente, suivi d'une explosion de la chambre à air avant trop sollicité   sur les freinages ont provoquées son abandon.

La suite du parcours s'est effectué en bus jusqu'à la Toussuire avec une   arrivée à 14 heure, ou sa présence sur la ligne d'arrivée pour accueillir ses   collègues malgrés la déception a été extrèmement apprèciée.

Alain

Le plus optimiste, un audacieux plan d'entrainement n'aura pas   suffit, la encore une belle montée de la Madeleine, puis une douce et   progressive baisse de forme auront raison de sa ténacité, 5 km avant le sommet   du Glandon, rattrapé par les jambes molles et la voiture balai, sa seule issue   est le bus de ramassage pour lui et le camion de Norbert pour sa monture.

L'épreuve n'était pourtant pas fini, avec 6 heures de bus et sa fidèle   monture dans le dernier des 7 camions de Norbert, il ne retrouvait ses petits   camarades qu'à 21h.

Ludovic

Fort d'un Iron Man, le plus confiant, pourtant après un départ rapide dans   la Madeleine une rentrée progressive dans le dur va transformer son parcours   en calvaire, malgrès tout franchissement du Glandon, du mollard, et tentative   dans la montée de la Toussuire. Dans cette dernière ascension, les   souvenirs de la montée en voiture auront raison de son moral, et après 1 km   d'agonie la raison l'emportera pour un sage retour à Saint Jean de Maurienne   ou il sera récupéré à 21h30 par ses camarades

Patrick

Notre premier 'finisher', l'expérience n'a pas suffit, après un départ   prudent une Madeleine bien négociée, la jambe gauche prise de crampes   l'oblique à effectuer les 2 derniers kilomètres du Glandon à pieds. Au   redémarrage vélocipèdique, la cale gauche endommagée par cette marche forcée   refuse tout service, ce malgrès l'intervention des pompiers. Pourtant   avec ce handicap, et un moral d'acier il réussi à dompter les dernières   difficultés du parcours pour finir en 12h28 et 4399ième position sur 4422   arrivants.

Hervé

Un élan brisé, malgrè une crevaison au bas de la Madeleine il réalise une   fort belle ascension avec le meilleur temps des COBA, et puis tout part de   travers, il est percuté par un cycliste distrait à l'arrière du genou,   résultat une grosse douleur pour le reste du parcours et une altercation   avec un médecin de l'organisation peu compréhensif. Cependant, grace à la   pommade des pompiers, et un moral d'acier, il parviens à terminer l'épreuve à   une honorable 3166ième place.

Daniel

Notre locomotive, un rythme constant adapté, un pédalage souple et sans   fatigue et le voila à l'arrivée, avec le meilleur temps des COBA dans la   montée de la Toussuire et une 3123ième place à l'arrivée. Aucun soucis   technique et physique malgré la dureté de l'épreuve.

Jean Christophe

Ambiance gros braquets, résultat des crampes dès le sommet de la Madeleine   et pour toute la suite. A part ce détail une course sans soucis mais très dure   physiquement. Et puis au dela de la performance, quel plaisir d'être   applaudi à l'arrivée par nos  accompagnatrices et Patrice pour une   1809ième place.

Annette et Isabelle

Nos Pom Pom girl, très courageuses, levées comme les courreurs à 4h30, en   poste sur la ligne d'arrivée dès 14h00 (heure d'arrivée prévue par quelques   optimistes), elles ont accueilli sous les vivas tous les arrivants du COBA de   16h00 à 20h00, (moyenne un par heure !). Grace à un parfait partage des taches   Annette pour prévenir et applaudir, Isabelle à l'appareil, vous pourrez voir   les photos de l'arrivée. Un grand merci pour ce soutien.

Epilogue

Jeudi n'oubliez pas de regarder notre parcours réalisé par les   pros, évidement, les performances n'auront rien à voir avec les   notres, mais au dela de la performance sportive,  nous avons   vécu un formidable week end dans une superbe ambiance, merci le COBA.

Pour cela malgré la fatigue pour les uns et la déception pour les autre (ou   les deux) nous retenons dès maintenant les candidatures pour l'année prochaine   (inscription auprès de la commission grand évènement sportif: Patrick   Landot).

   
© 2011-2015 CO Bois D'Arcy